Submit to FacebookSubmit to Twitter

Acte II 

Klytaimnestra et Agamemnôn. 

Buch jetzt bestellen

KLYTAIMNESTRA: Hommes de la cité, vieillards Argiens, qui êtes ici, je n’ai plus honte de révéler devant vous mon amour pour mon mari. La honte disparaît avec le temps du cœur des hommes. Je ne répéterai point ce que d’autres ont ressenti, en racontant ma vie malheureuse pendant les longues années qu’il a passées à Ilios. Et d’abord, c’est un grand malheur pour une femme de rester seule dans sa demeure, loin de son mari. Elle entend d’innombrables rumeurs funestes qui lui apportent une nouvelle sinistre, et, après celle-ci, une autre pire encore. Si le Roi avait reçu autant de blessures que la renommée le racontait dans cette demeure, il serait plus percé qu’un filet. S’il était mort autant de fois qu’on en a répandu le bruit, il pourrait, autre Gèryôn aux trois corps, se glorifier d’avoir revêtu trois tuniques sur la terre, car je ne veux rien dire de celle qu’on revêt sous la terre, et il serait mort une fois sous chacune. On a bien souvent rompu de force les lacets dont j’avais serré mon cou, à cause de ces rumeurs sinistres. C’est aussi pour cela qu’il n’est point ici, comme il conviendrait, Orestès, ton fils, ce gage de ma foi et de la tienne. Mais ne t’en étonne pas. Il est élevé par un hôte bienveillant, Strophios le Phokéen, qui m’avait prédit deux dangers futurs, celui que tu courais devant Ilios, puis l’anarchie du peuple troublant l’assemblée publique et la foulant d’autant plus aux pieds qu’elle serait tombée plus bas, comme il est naturel aux hommes. Telle est la raison sincère de ce que j’ai fait. Pour moi, les sources pleines de mes larmes se sont taries, et il n’en reste pas une goutte, mes yeux ayant souffert tant de nuits sans sommeil, tandis que je te pleurais et que j’attendais les signaux des feux qui ne m’apparaissaient jamais. J’étais éveillée par le léger murmure des moucherons agitant leurs ailes, et je voyais plus de maux t’assaillir que je n’en rêvais endormie. Mais, après avoir subi toutes ces peines, je puis dire, le cœur plein de joie : Voici l’homme, le chien de l’étable, le câble sauveur de la nef, la solide colonne de la haute demeure, qui est tel qu’un fils unique pour son père, semblable à la terre qui, contre toute espérance, apparaît aux marins, sous une lumière éclatante, après la tempête, pareil au jaillissement d’une source pour le voyageur altéré ! Il m’est doux que tu aies échappé à tous les dangers. Certes, tu es digne d’être salué ainsi sans réserve, puisque j’ai subi tant de maux déjà. Maintenant, chère tête, descends de ce char, mais ne pose point sur la terre, ô Roi, ce pied qui a renversé Ilios ! Esclaves, que tardez-vous ? Ne vous ai-je point ordonné de couvrir son chemin de tapis ? Promptement ! Que son chemin soit couvert de pourpre, tandis qu’il ira vers la demeure qui n’espérait plus le revoir, afin qu’il y soit conduit avec honneur, comme il convient. Pour le reste, ma vigilance ne sera point endormie, et, avec l’aide des Dieux, j’accomplirai ce que veut la destinée.

4.5 1 1 1 1 1
Wie fandest du den Monolog?
Durchschnittsnote : 4.50

 

Preis: €14,95 €11,95

UNSERE BÜCHER
ALS PDF-DATEI

AUSWAHL

 

Preis: €14,95 €11,95

 


DAS KÖNNTE DICH AUCH INTERESSIEREN





AUF DER BÜHNE © 2021

PDF-Datei: 22,60 € 16,95 €

Weitere Formate auf Amazon & Google Play:
Kindle eBook - Taschenbuch - Google eBook


UNSERE BÜCHER ALS PDF-DATEI

AUSWAHL


Top Monologe für Frauen

UNSER PARTNER

BUCH ALS PDF-DATEI
Toggle Bar
X

Right Click

No right click