ALCESTE in «Der Menschenfeind»

300+ Monologe als PDF-Datei

5. Act, 1. Scène

Alceste et Philinte 

Buch kaufen

ALCESTE:
Non, vous avez beau faire, et beau me raisonner,
Rien de ce que je dis, ne me peut détourner :
Trop de perversité règne au siècle où nous sommes,
Et je veux me tirer du commerce des hommes.
Quoi ! contre ma partie, on voit, tout à la fois,
L’honneur, la probité, la pudeur, et les lois :
On publie, en tous lieux, l’équité de ma cause :
Sur la foi de mon droit, mon âme se repose :
Cependant, je me vois trompé par le succès,
J’ai pour moi la justice, et je perds mon procès !
Un traître, dont on sait la scandaleuse histoire,
Est sorti triomphant d’une fausseté noire !
Toute la bonne foi cède à sa trahison !
Il trouve, en m’égorgeant, moyen d’avoir raison !
Le poids de sa grimace, où brille l’artifice,
Renverse le bon droit, et tourne la justice !
Il fait, par un arrêt, couronner son forfait :
Et non content, encor, du tort que l’on me fait,
Il court, parmi le monde, un livre abominable,
Et de qui la lecture est, même, condamnable !
Un livre à mériter la dernière rigueur,
Dont le fourbe a le front de me faire l’auteur !
Et, là-dessus, on voit Oronte qui murmure,
Et tâche, méchamment, d’appuyer l’imposture !
Lui, qui d’un honnête homme, à la cour tient le rang !
À qui je n’ai rien fait, qu’être sincère, et franc !
Qui me vient, malgré moi, d’une ardeur empressée,
Sur des vers qu’il a faits, demander ma pensée !
Et parce que j’en use avec honnêteté,
Et ne le veux trahir, lui, ni la vérité,
Il aide à m’accabler d’un crime imaginaire :
Le voilà devenu mon plus grand adversaire !
Et jamais, de son cœur, je n’aurai de pardon,
Pour n’avoir pas trouvé que son sonnet fût bon !
Et les hommes, morbleu, sont faits de cette sorte !
C’est à ces actions que la gloire les porte !
Voilà la bonne foi, le zèle vertueux,
La justice, et l’honneur, que l’on trouve chez eux !
Allons, c’est trop souffrir les chagrins qu’on nous forge,
Tirons-nous de ce bois, et de ce coupe-gorge ;
Puisque entre humains, ainsi, vous vivez en vrais loups,
Traîtres, vous ne m’aurez de ma vie, avec vous.